Petit retour dans le passé

Derrière les pseudonymes "PanDa-M." et "Shaoren", vous voyez un jeune homme qui a vu le monde voilà un peu plus de 16 ans. 16 ans, et tellement de changements. Dur de résumer chaque année de mon existence, notamment depuis l'apparition du net, et du monde des ordinateurs. Je suis né dans une petite ville de banlieue (osons-le dire, un coin paumé par excellence pour les purs citadins de notre époque) , en Seine-Et-Marne, tout près de Paris.

Dessinateur depuis mon plus jeune âge, je manie le crayon et la gomme pour pouvoir esquisser les paysages, mais aussi les personnages et les créatures que je souhaite, sans pour autant faire tomber les observateurs de mes croquis. En dehors du dessin, je suis une personne assez sportive (comprenez par là, une personne qui s'intéresse tout particulièrement au sport), bien que mes performances ne sont pas forcément comparables à celles de haut niveau. Le tennis de table, discipline où je suis particulièrement à l'aise, peut occuper mon temps libre. Je m'intéresse également beaucoup à l'actualité (tous domaines), au même titre que la programmation.

Premier PC, première découverte

Mais un des gros déclins de mon enfance a certainement été l'arrivé d'un ordinateur à la maison. Cet objet particulier, composé d'un grand écran cathodique, et d'un boitier pas forcément agréable à voir, m'a permi de voir un monde totalement différent. A l'époque, je mesurais quelques pommes de hauteur, vers l'âge de 9 ans, le PC Familial abritait là un processeur Pentium III avec une fréquence de 733 mHZ, un gros disque dur d'environ 40 gibioctets, de la mémoire SDRAM, ainsi qu'une GeForce DDR DVI pour la carte graphique. En dehors de ces détails techniques, l'ordinateur était une vrai machine à tout faire, sans pour autant être l'objet qu'il est aujourd'hui. Les logiciels installés étaient assez sommaires, on se limitait à de la simple bureautique, et des logiciels éducatifs (pas la moindre idée de ce que pouvait être Half-Life à l'époque). Néanmoins, j'avais déjà ma première tablette graphique, une Wacom Graphire (la première version) tout en bleu pâle, qui marche toujours et que j'utilise toujours (vu mon niveau actuel sur Photoshop, je n'ose pas prendre le risque d'en changer). Internet ne s'était pas encore propagé, et pourtant l'ordinateur pouvait encore nous occuper pendant des dizaines de minutes...

Internet a été une grande découverte, bien avant la connexion ADSL que l'on connaît actuellement, avec sa rapidité étonnante, et le forfait illimité, je le suis fait tenter par les fameux CDs AOL que l'on trouvait dans tous les magasines informatiques. Vous vous souvenez sûrement de ces disques jaunes, sur lesquels, en gros, on pouvait distinguer "20 Heures gratuites". Armé de mon modem 56K Olitec sans fil (qui ne marchait vraiment pas très bien, une vrai galère), et de mes yeux pour lire les petites lettres du contrat, on s'est finalement connecté à Internet à travers un navigateur extrêmement privatif. Les 20 Heures gratuites furent écoulées en même pas une semaine, assez significatif pour un premier accès. A ce moment, continuer le forfait du FAI AOL ne pouvait pas être une bonne option, puisqu'ils avaient commencé à débiter notre compte bancaire, sans pour autant dépasser la durée limite, nous avons alors attendu, et finalement, nous avons vu Club-Internet et son slogan "Le Club le plus ouvert de la planète" proposer les tous premiers forfaits ADSL à 512kbit/s.

L'inscription était assez rapide, mais nous recevions la Raie Manta (verte) d'Alcatel assez rapidement. Les joies, de ne plus retrouver ce son à la connexion, et d'avoir une connexion beaucoup plus rapide, étaient vraiment perceptibles. L'Internet était à la maison, et il ne quittera celle-ci seulement le temps de changer de FAI pour Free, il y a de cela quelques années (notamment pour le débit de connexion).

LOB, ou première expérience

Les postes d'ordinateur se multiplièrent au fur et à mesure que le débit augmentait. La liberté était alors encore plus vaste, et les premiers projets commencèrent. Avec du recul, c'est toujours plus simple d'en parler, mais je n'avais sûrement pas la vrai vision de ce que représentait Internet. Ma première expérience, vers 12/13 ans, fut LiveOnBankiz (pas de lien dur pour le site en question désolé), vous ne connaissez peut-être pas ce site, mais c'est un des nombreux jeux en ligne faits en PHP. Le principe est assez simple, vous avez un pingouin, et vous devez le nourrir, le laver... Bref, une sorte de tamagochi sur le web. Je dois l'avouer, le jeu en question n'était pas très tentant, c'est plus le forum qui m'intéressait. Il y avait à ce moment un forum assez libre, des confréries existaient (des groupements de personnes, des sortes de clans assez amicaux", notamment celle des grabataires, qui regroupaient les joueurs d'un âge assez avancé. Avec ma fidélité sur le forum, je montais facilement de grade, passant de simple membre, à modérateur, puis administrateur. Je faisais à ce moment là, quelques dessins, au début sur Photoshop, mais je les trouvait pas très avenants, ni très propres, je me suis mis à Flash, qui possède des outils de dessin assez particulier, qu'on ne retrouve pas dans les autres logiciels de dessin vectoriel.
Mais c'est en prenant ce poste que les choses se gattèrent: je pouvais avoir une autre vue sur la petite communauté, mais aussi sur les différentes évolutions du jeu. De nouvelles évolutions du jeu pointaient le bout de leur nez, mais celles-ci étaient radicalement injuste, favorisant incontestablement le micropaiement, à la logique, la stratégie, et l'union des membres.
Le site prenait là une nouvelle direction, totalement irrespectueuse des membres, dont ceux du forum, qui commençaient à se révolter avec hargne contre le webmaster, mais aussi le gérant du site. Plusieurs décisions étaient prises, ma démission du poste d'administrateur (à une période bien choisie, je l'assume), un ultimatum pour retirer tous mes dessins présents sur le site. A partir de là, tout s'envenimait pour ce jeu en ligne, refusant d'admettre leurs erreurs, c'était une longue campagne de censure et de propagande que menaient la direction : bannissement, avertissement, mais aucune écoute. Bref, cette révolte était assez "positive" dans mon sens, notamment par le fait que j'ai pu acquérir de vrais responsabilités. Une partie des membres (notamment les membres de la confrérie des grabataires) s'est regroupé sur un autre forum privé pour parler enfin librement. LiveOnBankiz n'était plus ce qu'il était après ces incidents, beaucoup de mesures ont été prises pour éviter une énième révolte, jusqu'à fermer le forum pendant quelques temps...

Mais c'est également à cette période assez tumultueuse, que j'ai rencontré brièvement Gectou4, un ami du webmaster de LOB, qui m'a présenté le Site du ZérO, qui était là encore à sa deuxième version, pas de cours de C/C++, ni de Linux, mais la communauté était déjà présente. A première vue, je ne me suis pas inscrit tout de suite, mais quelques mois après, je me suis laissé tenté.

L'univers du jeu vidéo ne fait pas forcément parti de mes quotidiens, mais prenait une place assez conséquente. Rien de mieux pour décompresser, après des heures de programmation, ou de dessin. Bien que je ne connais pas les prémisces du jeux vidéo (du fait de mon jeune âge), j'ai assisté à l'évolution des jeux 3D. Half-Life et Quake en sont de parfaits exemples, les FPS étaient forts intéressants et assez captivants. J'ai également gouté aux jeux de stratégies tels que Age Of Empires II, ou Warcraft III. Les MMORPGs ont été une grande expérience, notamment avec les jeux de rôle coréens et asiatiques qui ont crée le genre, j'ai ainsi joué à des jeux comme Rose Online ou Ragnarok Online, mais aussi World Of Warcraft. Autant vous dire que j'ai tout de suite arrêté, ne trouvant pas l'intérêt de monter un personnage parallèle, alors que le personnage réel n'évolue pas pendant ce temps-là.

L'après LOB

Je me suis mis récemment (il y a quelques années) assez sérieusement au dessin vectoriel, débutant par le logiciel Flash et ses fonctionnalités de dessin, puis continuant sur Inkscape, dont je trouvais la méthode pour sélectionner les couleurs assez déroutantes, pour finalement atterir sur Illustrator. Je dessine seulement pendant mon temps libre, et c'est uniquement pour mes loisirs, je ne prétends, bien entendu, pas être quelqu'un de professionnel dans le domaine, et je ne veux pas en devenir un. Néanmoins, je trouve que je me débrouille assez bien sur ces logiciels, bien que j'ai une grande marge de progression devant moi, c'est avant pour cela que j'ai envie de permettre à d'autres personnes de profiter des mes créations.

En parallèle à toutes ces connaissances, je participais comme je pouvais avec les anciens membres de LOB dans le forum privé. Avec certains de ces membres, nous avions alors une idée un peu loufoque, créer un jeu en ligne du même genre. Cela pourrait ressembler à une parodie, mais en réalité, le projet du nom de code Grabitoshi était vraiment sérieux, le jeu devait se surnommer Land Of Bamboo, une association et ses statuts était en passe d'être crée pour gérer le jeu, une enveloppe Soleau avait même été déposée regroupant tout le fonctionnement du jeu (qui prenait un bon .pdf de quelques dizaines de pages). On tentait de concevoir le jeu pour qu'il soit viable sans pour autant prendre les membres pour des vaches à lait, les premières images commençaient à fleurir, mais malheuresement le projet fut tombé à l'eau, certainement par manque de temps. Néanmoins, je dois admettre que c'était vraiment une expérience enrichissante, car j'ai pu voir les vraies coulisses de la création d'un jeu, notamment la période du pré-developpement, comme les choix d'un modèle économique, ou la conception du MCD et du MCT.

xHTML, CSS, Webdesign...

Le webdesign était tout logiquement la suite logique de cette évolution. J'ai appris les bases du xHTML/CSS sur Openweb.eu.org, que j'ai ensuite révisé sur le Site du Zéro. Bref, la théorie était là, manquait la pratique. Je l'ai commencé à l'avoir en faisant le design d'un premier blog, qui n'a pas été une très bonne crue, vous pouvez l'imaginer.
Pendant ce temps, j'arpentais le net à coup de moteurs de recherche pour trouver les nouvelles modes, les nouveaux astuces pour innover en matière de design. Améliorant mes connaissances en ce domaine, je pensais qu'il était temps de se mettre à l'eau. Le forum du Site du ZérO était à ce moment un parfait endroit pour trouver un projet assez sérieux pour pouvoir s'y engager, j'avais quand bien même un peu de mal à trouver des projets assez matures, puisque l'expérience passé avec Grabitoshi montrait qu'un site demandait beaucoup de dispositions avant le développement, des dispositions qui manquaient cruellement à la plupart des projets du forum. Puis finalement, j'ai vu cette idée d'un carnet de notes en ligne. A première vue, rien de bien très innovant dans la matière, mais de nature assez studieux, cette proposition était assez attirante.
Je me suis alors lancé dans l'aventure, sans vraiment être sur de l'issue du projet. Trouver le nom était le premier objectif, le développement le deuxième, et finalement le design (qui m'a pris seulement quelques jours, pour des heures de recherches), et BrightMarks était né. En quelques mois, le projet était bouclé. Vous pouvez aujourd'hui visiter le site en question, qui est actuellement en pleine période de recodage pour se préparer à la rentrée suivante. Je dois l'avouer, l'expérience était sympathique, sans pour autant être aussi captivante que l'épisode Land Of Bamboo.

Récemment, j'ai un peu gouté à la vraie programmation, PHP, puis C/C++, à travers le Site du Zéro, ou France IOI, Linux également, avec de nombreuses installations d'Ubuntu, puis finalement de Debian.

Finalement, de ces années sur la toile, j'ai simplement remarqué qu'Internet donnait toujours plus de liberté à la personne lambda, celle-ci peut parler sans apriori, permettant à chacun de transmettre, d'être créatif, à tout âge, et tout période. Néanmoins, tout n'est pas rose, loin de là, Internet est certes dématérialisé, mais reste réel, les problèmes demeurent identiques, mais les solutions matérielles ne peuvent pas s'appliquer aux problèmes virtuels.

Nous sommes aujourd'hui en face d'un changement qui va bouleverser toutes nos vies, répondre aux problèmes d'aujourd'hui, et de demain, c'est être créatif.

Et aujourd'hui...

Ces temps-ci, mon actualité, si je peux le décrire ainsi, c'est en premier lieu, mon site web sur lequel vous êtes actuellement. C'est aussi les études, car le baccalauréat approche, et je n'ai surement pas envie de vendanger mes prestations. Puis finalement, ce sera ce fameux projet des icônes, que vous plaira, je l'espère.